Intervention Béatrice Vessiller Conseil Municipal du 15/12/16

Les élus du rassemblement citoyen – EELV – Front de Gauche Villeurbanne

Monsieur le Maire, chers collègues,

Le budget 2017 est à la baisse par rapport à 2016, à la fois en fonctionnement et en investissement. C’est suffisamment rare dans le budget de collectivités pour être souligné : il s’agit là d’une conséquence directe de la baisse des dotations de l’Etat, baisse de plus 2M€ par rapport à 2016, dans la droite ligne du gouvernement de gauche qui veut redresser les comptes publics en pénalisant les collectivités ! Pourtant, des experts de plus en plus nombreux disent qu’il faut au contraire soutenir l’investissement public et les politiques publiques, pour mener la transition écologique, créatrice d’activités économiques et garante de la solidarité.

Les recettes fiscales, principales ressources de la ville, progressent (75M€), car l’évolution des bases progresse (due au fait que le nombre de ménages et de biens assujettis progresse, de même que l’évolution nominale décidée par l’Etat), mais les taux de fiscalité eux restent stables, car Monsieur le Maire, vous faites le choix de ne pas augmenter les taux de fiscalité, comme vous vous y étiez engagés, et nous soutenons ce choix.

En revanche, nous ne souscrivons pas à votre choix de réduire l’investissement de manière aussi importante par rapport à 2016. Les travaux qui seront réalisés baissent de 25%, avec 27Me au lieu de 36 l’an passé. Certes, l’autofinancement est pénalisé par la baisse des recettes liée aux choix gouvernementaux, mais néanmoins, un recours à l’emprunt un peu plus élevé permettrait d’engager les dépenses en matière d’équipements publics nécessaires, et notamment celles que vous aviez affichées dans le tableau de la PPI annexée au débat d’orientations budgétaires. Nous avons en effet comparé les informations que vous nous avez données au moment du DOB avec ce que vous inscrivez au BP et le compte n’y est pas.

Mais saluons d’abord ce que nous approuvons : les travaux de gros entretien prévus dans les écoles existantes, notamment le restaurant et le préau à Camus, l’extension de Berthelot, le déploiement des vidéos projecteurs, les améliorations thermiques dans différents équipements, écoles, gymnase Fournière, panneaux photovoltaïques au Rize, mise en accessibilité des bâtiments publics, lancement effectif de l’équipement Petite enfance du Terrain des Soeurs, réaménagement et extension de la maison de quartier des Brosses, le gymnase des Gratte ciel, le restaurant du Totem, le lancement de l’école Rosa Parks dans la ZAC gratte-ciel, dont nous rappelons notre souhait de voir étudier différents scénarios d’implantation sur la parcelle, afin de ne pas obérer une future ligne de tramway T6 qui pourrait avoir plusieurs tracés à discuter dans le cadre d’une consultation citoyenne que nous souhaitons.

En revanche, pour la construction de la résidence autonomie Château Gaillard, si l’acquisition du terrain est bien inscrite, on ne voit plus les 450 000€ de participation à la construction pourtant indiqué à la PPI pour 2017. Pour l’école de la Soie, au lieu de 350 M€ indiqué, sont inscrits seulement 150 000€. Pour l’école rue H. Kahn, dont nous nous félicitions le mois dernier de voir engager la réalisation pour 1.9M€, elle a aussi disparu du budget primitif : nous regrettons que la création de nouvelles écoles aillent moins vite que les extensions d’écoles existantes, car faire grossir les groupes jusqu’à plus de 20 ou 25 classes n’est pas une bonne chose pour les enfants. Concernant la reconstruction du terrain sportif Salengro, figure–telle vraiment au budget 2017 ? Le rapport n’en parle pas dans les équipements sportifs mais le mentionne un peu plus loin…Sur la ligne Paysage et nature, ce sont seulement 1.5 M€ qui sont inscrits en 2017. Certes sera livré le parc du terrain du Rectorat Jacob Hugentobler, mais à l’échelle de la ville et de son développement urbain, c’est peu, trop peu, quand nos concitoyens ont besoin de nature en ville, quand la ville polluée, imperméabilisée a besoin de la végétalisation pour se rafraichir et s’assainir.

Vous l’aurez compris, les investissements sont en deçà de ce qu’on pouvait attendre, pourtant les 1ers PUP vont apporter des recettes nouvelles, participant à la construction d’écoles ou de jardins publics pour les nouveaux habitants dans les programmes immobiliers (PUP Alstom, par exemple…).

Concernant les dépenses de fonctionnement, nous notons une augmentation notable pour le CCAS pour financer notamment le déménagement et la réinstallation des résidents des EHPAD Jaurès et Ch Gaillard suite à votre décision de fermeture de ces établissements. Nous notons la baisse des prestations versées aux clubs sportifs, notamment celle de 4% à la SASP Asvel, comme en 2016, une décision que nous approuvons car le club peut aller chercher des recettes ailleurs. Pour la baisse des aides aux centres sociaux, la baisse globale sera de 1%, avec des différences selon les structures, à discuter vraiment avec chacune d’elles tant leur rôle de lien social et de solidarité pour nos concitoyens les plus fragiles est essentiel en cette période de crise qui dure.

Plus de 450 000 euros sont inscrits pour l’association Léo Lagrange, c’est bien moins que la MJC qui se voit allouer près de 150 000 euros de moins. Une telle différence est regrettable, quand on sait que la première structure a une situation financière globalement saine, alors que la seconde rencontre des difficultés financières.

Dans les dépenses à caractère général, la baisse de 2% de fluides et énergie est intéressante, car avec l’augmentation des surfaces construites, il importe de faire des bâtiments moins énergivores. En recettes, nous regrettons la baisse des certificats d’économie d’énergie qui ne rapporte que 15 000€ en 2017 contre 75 000 en 2016, lié au fait qu’on construira moins et qu’on vendra, de ce fait, moins de CEE : dommage !

L’armement de la police municipale apparait dans le budget 2017, par le biais des dépenses de formation du personnel. Le coût de l’armement n’est pas inscrit, car vous nous avez dit que l’Etat en assumerait la charge, une mesure incitative pour promouvoir l’armement des polices municipales… Avez-vous d’ailleurs à ce jour un retour de l’Etat à ce sujet car il n’est pas exclus que ce financement incombe finalement à la ville ? Nous souhaitons rappeler là notre opposition à votre décision : nous la pensons inefficace, et même risquée : c’est à la police nationale d’assurer la sécurité, en possédant une arme et du personnel largement mieux formé que ne peuvent l’être les policiers municipaux.

Dans ce budget, il y a aussi des nouvelles dépenses pour des nouveaux projets que nous soulignons :
· L’aide financière au Planning familial pour ses locaux
· L’effort fait sur l’éducation artistique et culturelle (nous y reviendrons)
· L’ouverture d’un nouveau lieu : le laboratoire ouvert Villeurbannais (LOV) pour favoriser des nouveaux modes de travail plus collaboratifs
· L’opération Zéro chômeur de longue durée à st jean
· L’émergence d’un conseil citoyen aux Buers pour permettre aux habitants de s’emparer du projet urbain des Buers : l’idée est bonne, mais en plus du CCo ou des artistes qui accompagneront les habitants, donnons aussi aux habitants les moyens de mener leurs propres réflexions sur le projet urbain et sur la vie de quartier, par exemple avec des tables de quartier… pour ne pas être qu’en réaction aux projets publics

Enfin, quelques mots sur les dépenses de personnel. Nous nous étonnons de la réduction de 4 postes en 2017 : certes il y a les 8 nouveaux postes dans les écoles suite aux grèves du printemps. Mais comment peut-on baisser au global les effectifs, alors que les restaurants scolaires augmentent, qu’on crée une classe passerelle entre une crèche et une école, qu’on développe l’éducation artistique et culturelle… On ne peut pas demander aux agents de la ville faire plus et mieux s’ils sont moins. Les personnels de la ville font vivre le service public, ils ne peuvent être la variable d’ajustement d’un budget contraint…

Investissements insuffisants et trop de rigueur sur les dépenses de personnel, malgré plusieurs points positifs, nous ne pouvons voter ce budget. Nous nous abstiendrons.

Je vous remercie pour votre attention.

Béatrice Vessiller

Remonter