Vélo à Lyon et Villeurbanne : peut mieux faire ? Commençons tout de suite !

Communiqué – vendredi 23 mars 2018

Lyon & Villeurbanne ont obtenu la mention « peut mieux faire » en matière de pratique de déplacements vélo par la FUB. Les écologistes des deux villes demandent une accélération de la politique vélo en commençant tout de suite par l’aménagement structurant qui relie les deux villes : le cours Vitton, honteusement réaménagé sans infrastructure vélo, pour de basses raisons politiciennes.

Les écologistes d’EELV Lyon & Villeurbanne se réjouissent de la publication par la Fédération des Usagers de la Bicyclette du baromètre des villes cyclables qui fait un bon état des lieux de la pratique du vélo en ville. Ce baromètre place Lyon loin derrière les plus grandes villes françaises engagées dans la promotion des modes doux, telles que Strasbourg (1ère), Nantes (2ème) et Bordeaux (3ème). De même il place Villeurbanne loin derrière les autres grandes villes de sa catégorie (entre 100 000 et 200 000 habitants) telles que Grenoble (1ère), Dijon (2ème) et Angers (3ème).

Nos deux villes obtiennent la  mention « peut mieux faire » ces efforts restent insuffisants. Le baromètre fait en particulier ressortir le sentiment d’insécurité ressenti par les cyclistes sur nos deux villes. Pourtant, dans le 6e arrondissement, la sécurité des cyclistes passe après la petite politique.

L’aménagement du cours Vitton : quand la petite politique l’emporte sur la sécurité des habitants

Le projet d’aménagement du cours Vitton, axe structurant entre Villeurbanne et Lyon oublie scandaleusement la sécurité des cyclistes sur la première tranche de travaux : aucun aménagement cyclable n’est prévu. Au delà d’un projet qu’on peut considérer comme illégal, il est évident que cet oubli n’a qu’un but politicien : ménager le futur opposant déclaré aux élections métropolitaines, le maire du 6e arrondissement. Ainsi M. Kimelfeld s’est soumis aux visions archaïques des élus du 6e arrondissement sur le vélo pour 150 m d’aménagement et 20 places de stationnement.
Tel que présenté, il créera un point noir sur un axe pourtant jugé structurant par la Métropole et risquera d’opposer piétons et cyclistes. Il est incompréhensible de privilégier 20 places de stationnements au détriment de la sécurité. Le bon sens doit l’emporter et faire évoluer positivement ce projet.

La ville de demain doit donner la priorité aux pratiques qui contribuent au bien commun. Le vélo est le moyen le plus efficace et pratique pour circuler en ville. Mais c’est surtout un bon moyen pour lutter contre la pollution urbaine et réduire les émissions de gaz à effet de serre. La place des véhicules émetteurs de CO2 et de rejets polluants doit diminuer pour laisser davantage de place à la marche et au vélo.

Grégory Doucet – secrétaire d’EELV Lyon

Jean-Claude Ray – secrétaire d’EELV Villeurbanne

Thomas Dossus – secrétaire d’EELV 69

Remonter